6 choses à savoir à propos de Jan Van Eyck…

… si vous voulez pouvoir en parler en 2020

30 janvier 2020

Portrait d'un homme de Jan van Eyck
© Portrait d'un homme de Jan van Eyck

Difficile d’y échapper : 2020 est l’année de Jan Van Eyck. La ville de Gand (mais aussi bien d’autres) rend un vibrant hommage au maître. Voici 6 informations essentielles pour surfer sur la vague (au passage, nous vous dévoilerons les endroits que vous pouvez visiter avec votre Pass musées pour encore plus de Van Eyck).

1. Il était (probablement) l’inventeur de la technique de la peinture à l’huile

Selon Giorgio Vasari (ok, plutôt l’équivalent du 16e siècle d’un site de showbizz qu’un journal digne de ce nom), Van Eyck est l’inventeur de la peinture à l’huile. Même si ce n’est pas la vérité, il est l’un des premiers à avoir perfectionné la technique de la peinture à l’huile  .C’est certain. Envie de tout savoir sur cette utilisation particulière des couleurs ? Rendez-vous à l’exposition Kleureyck au Design Museum Gentgratuit avec le Pass musées.

2. Il était le maître des selfies (et d’autres portraits)

Van Eyck était un excellent portraitiste, et selon les amateurs d’art, l’une de ses plus belles œuvres est probablement un autoportrait : « l’Homme au turban rouge » – que l’on retrouve dans de nombreux salons de thé – serait Jan Van Eyck lui-même. L’intensité des couleurs, l’utilisation audacieuse de la peinture à l’huile et l’œil aiguisé de Van Eyck pour les détails donnent l’impression que le peintre nous regarde comme s’il était prêt à bondir hors du tableau. Et le tout sans perche à selfies.

3. Il a instauré la signature

Le fait de signer des œuvres d’art remonte au début du 15e siècle et Van Eyck fut l’un des premiers à apposer son nom au bas de ses œuvres, ou plus exactement « Johannes de Eyck ». Il y ajoutait parfois une devise : Als ich kan – ce qui peut se traduire par « comme je peux ». Une petite touche de fierté personnelle n’y était certainement pas étrangère.

4. Seules quelques œuvres conservées

On ne trouve que peu d’œuvres de Van Eyck : une vingtaine de pièces, toutes datées entre 1432 et 1439, lui sont attribuées. Rien d’étonnant à ce que l’expo Van Eyck – une révolution optique au Musée des Beaux-Arts  de Gand suscite un tel intérêt au niveau international : l’expo réunit près de la moitié de ses œuvres, et est la plus grande expo Van Eyck jamais vue. Avec votre Pass musées, vous payez un supplément de 22 euros.

5. Il avait des amis haut placés

Van Eyck était peintre à la Cour de Bourgogne, dirigée à l’époque par le duc Philippe le Bon. Le centre des Pays-Bas bourguignons se situait à Bruges, et le Musée de Groeninge à Bruges rend donc également hommage à Van Eyck avec une expo. Philippe le Bon était aussi bon avec Van Eyck (au sens littéral) car outre ses œuvres, il lui assurait une protection financière ainsi qu’un poste en tant diplomate.

6. Il a peint l’Agneau mystique en famille

L’œuvre la plus célèbre de Van Eyck est évidemment l’Agneau mystique, le gigantesque Autel de Gand qui orne la cathédrale Saint-Bavon de Gand. Jan et Hubert, mais aussi, selon certaines sources, leur troisième frère Lambert Van Eyck, auraient collaboré à ce véritable chef-d’œuvre. Le panneau central, avec l’agneau ensanglanté, a subi une profonde restauration ces dernières années. Il s’avère qu’il y avait un « deuxième » agneau sous la couche supérieure de peinture, avec un visage très humain – le visage du Créateur. Une perspective un peu étrange, qui aurait été repeinte au 16e siècle. Tsss…

RV
© RV

171 musées

Dès maintenant, vous pouvez visiter tous les musées participants pendant un an. Pas une fois, mais aussi souvent que vous le souhaitez !

Découvrez tous les musées

323 expositions

Vous pouvez également visiter les expositions temporaires des musées participants gratuitement ou à un tarif fortement réduit.

Découvrez toutes les expositions

1 pass musées

Tout ceci avec seulement 1 pass. Achetez-le dans un de nos musées ou commandez-le ici. 

Commandez le pass