Behind the Scenes : Fatma, gardienne du patrimoine

Le pass musées vous emmène dans les coulisses des institutions culturelles belges, à la rencontre des gens qui y travaillent.

26 mars 2019

Fatma à la Maison d'Alijn
© Fatma à la Maison d'Alijn

La série Behind the Scenes vous emmène dans les coulisses des musées. Quelles sont les différentes fonctions assurées par des centaines de personnes dans les musées belges chaque jour ? Aujourd’hui, nous rencontrons Fatma Akkas, gardienne du patrimoine au Musée de l’Industrie et à la Maison d’Alijn, deux musées passionnants à Gand.

Depuis combien de temps travaillez-vous au Musée de l’Industrie ? 

J’ai commencé par travailler dans la cafétéria du musée. Après cinq ans, on m’a proposé de changer de fonction. Je souhaitais rester au Musée de l’Industrie, il y règne une bonne ambiance ! Après une formation, je suis devenue gardienne du patrimoine, au Musée de l’Industrie et à la Maison d’Alijn

Fatma au Musée de l'Industrie
© Fatma au Musée de l'Industrie

En quoi consiste votre travail ? 

Mes collègues et moi sommes responsables de la sécurité du bâtiment, de la collection et des visiteurs. Concrètement, cela va du démarrage des machines à l’exécution de vérifications au sein de l’exposition du moment. Le soir, on vérifie que rien n’ait été endommagé pendant la journée, avant de fermer le musée pour la nuit

Qu’est-ce que vous préférez dans votre travail ? 

Rencontrer de nouvelles personnes tous les jours. Les réactions des enfants peuvent être drôles et touchantes. Parfois, ils prennent les écrans dans les expos pour des écrans tactiles ! (rires) 

Pouvez-vous partager avec nous une anecdote, un moment qui vous a marquée ? 

(réfléchit) Il y avait deux visiteurs venant de Turquie, ce que je n’avais pas compris. Ils m’ont posé une question en anglais, à laquelle j’ai répondu en anglais aussi. Tout d’un coup, j’entends un des deux demander à son compagnon en turc, “Il fait chaud ici, je n’ôterais pas ma veste ?”, ce qui m’a fait réagir, “Oh, vous êtes Turcs ?”. J’ai pu les aider en turc ensuite, ce qui leur a permis de mieux comprendre

Quel est votre endroit ou objet préféré dans les musées où vous travaillez ? 

A la Maison d’Alijn, je dirais le théâtre de marionnettes avec Pierke. Au Musée de l’Industrie, je suis fascinée par la Mule-Jenny, une célèbre machine à filer. Quand je pense aux conditions de travail d’antan, cela me fait réaliser à quel point nous avons de la chance. Il y avait beaucoup d'accidents et de morts à l’époque. 

Maison d'Alijn
© Maison d'Alijn

Quel pièce de la collection souhaiteriez-vous ramener chez vous ? 

Pierke. (rit) J’allais déjà à la Maison d’Alijn enfant. Je pensais alors que la poupée était en vie ! J’y suis allée avec ma classe quand j'étais petite, et quand on avait dix minutes de pause, je cherchais Pierke du regard : “Où est-il ? Vit-il ? Que fait-il maintenant derrière ce rideau ?”. Mes enfants rigolent toujours quand je leur raconte cela. 

Qu’est-ce que les visiteurs doivent voir absolument ? 

Au Musée de l’Industrie, je dirais la section textile avec les machines à filer, pour se rendre compte des conditions de travail d’antan. La plupart des machines fonctionnent encore, de temps à autre nous faisons des démonstrations. Les actionner revient à provoquer un boucan infernal. Imaginez-vous travailler dans de telles conditions dès vos 8, 12 ou 14 ans… Nous avons de la chance d’avoir échappé à cela.

Corlazzoli – Musée de l'Industrie
© Corlazzoli – Musée de l'Industrie

Est-ce que vous visitez souvent d’autres musées ? 

Avant oui, maintenant c’est plus rare, parce que je passe déjà chaque journée au musée. Je travaille aussi le dimanche maintenant, jour auquel je me rendais souvent au musée avec mes enfants dans le passé. Mais par exemple, récemment, j’ai encore visité l’expo Le musée du crime au STAM

Que pensez-vous du pass musées ? 

Je trouve que c’est une bonne initiative. Souvent, les gens trouvent les musées trop cher et n’y vont pas souvent pour cette raison-là. Maintenant, on peut y aller aussi souvent qu’on veut après avoir payé 50 euros une seule fois. Une belle proposition, non ?

169 musées

Dès maintenant, vous pouvez visiter tous les musées participants pendant un an. Pas une fois, mais aussi souvent que vous le souhaitez !

Découvrez tous les musées

258 expositions

Vous pouvez également visiter les expositions temporaires des musées participants gratuitement ou à un tarif fortement réduit.

Découvrez toutes les expositions

1 pass musées

Tout ceci avec seulement 1 pass. Achetez-le dans un de nos musées ou commandez-le ici. 

Commandez le pass