Envoyée spéciale au Musée Dr. Guislain

Croyez-le ou non, l'exposition Sensations vous plonge dans une ambiance sereine et relaxante.

14 mars 2019

Musée Dr. Guislain
© museumPASSmusées

Cette nouvelle série vous offre un avant-goût des expositions du moment qui vous mettra l'eau à la bouche ! Étanchez, par la suite, votre soif de curiosité en visitant gratuitement ces expositions avec votre pass musées. Tout le plaisir est pour nous.

Le Musée Dr. Guislain est, à Gand, un musée incontournable dont la réputation n'est plus à faire. Étroitement lié au Centre Psychiatrique Dr. Guislain, le musée aborde des thématiques relatives à la vulnérabilité humaine : par le passé, les expositions Peur et Douleur ont remporté un franc succès auprès d'un large public. Avec l'exposition Sensations - Entre douleur et passion (à voir jusqu'au 26 mai), le musée s’interroge sur la place de l’individu dans son environnement. A l’heure actuelle, de plus en plus de personnes font face à un sentiment d’extrême saturation dans une société en mutation ultrarapide et cherchent des moyens pour échapper à ce tsunami (en particulier numérique). Nous avons mis notre smartphone en mode avion : en route pour l'exposition !

museumPASSmusées
© museumPASSmusées

Rien que le trajet du parking à l’entrée, à travers les jardins verdoyants du Centre Psychiatrique, nous semble être une bouffée d’air frais : les pelouses nous apparaissent toutes pimpantes sous les doux rayons du soleil printanier. Çà et là, des résidents s’asseyent d’ailleurs sur des bancs afin de profiter de la chaleur. Cette impression d’être hors de l’espace et du temps perdure à l’intérieur du musée. Bien qu’elle ne présente qu’un nombre restreint d’œuvres, l’exposition est structurée en deux parties qui se démarquent tant par la sobriété que la simplicité et le soin apportés à leur agencement. Dès notre entrée dans la première salle, nos regards sont attirés par des grandes boîtes de déménagement en carton estampillées de la célèbre icône "fragile" qui résonnent à nos oreilles tel un avertissement et un rappel brutal que notre cerveau reste un organe vulnérable qui n’est capable de supporter qu’un nombre limité de sensations.

L’exposition nous invite également à pénétrer dans d’énormes boîtes et à rencontrer quatre enfants atteints d’un handicap qui suivent des cours dans l’enseignement ordinaire. Dans une autre boîte, nous découvrons le documentaire captivant d'Ellen Vermeulen parlant de l’éducation inclusive et de la meilleure façon d’aider les jeunes étudiants qui brossent les cours. Dans certains cas, les audioguides peuvent offrir une solution...

museumPASSmusées
© museumPASSmusées

Sur les photos de jeunes Chinois esclaves du jeu, nous découvrons encore de jeunes victimes du phénomène de la stimulation excessive qui essaient de se débarrasser de leur drogue virtuelle dans un camp d'entraînement où rire n’est pas permis. Comme toujours, le Musée Dr. Guislain cadre également son thème de façon historique, car les sensations - ou la question de savoir quelles sont les limites que nous pouvons tolérer - sont de tout temps. L’invention de l’électricité et du train ainsi que de nombreuses autres découvertes liées à la révolution industrielle ont également provoqué une surcharge d’information, et ce, déjà au XIXe siècle.

En se promenant dans les couloirs, on se retrouve soudain dans un coin intime avec les œuvres de Thierry De Cordier : des dessins et des croquis de sa "Chapelle du néant", une salle de silence située au centre psychiatrique Sint-Norbertus à Duffel. Un espace vide, blanc et béant, sans aucune distraction. Mais peut-être que dans une telle mer de vide, nous ne pourrions rien accomplir ? À la fin de l'exposition, le petit travail à pois, apparemment joyeux, de l'artiste japonaise Yayoi Kusama attire l'attention – apparemment joyeux car Kusama souffre de la peur du vide, une horror vacui qui la mène à remplir les peintures, les sculptures et les espaces de pois. Depuis 1973, elle développe son œuvre depuis un hôpital psychiatrique.

museumPASSmusées
© museumPASSmusées

Sensations nous amène à réaliser que nous ne souffrons pas seulement du manque de paix, mais aussi de notre hyperconnectivité. Même si nous maudissons notre smartphone, nous ne parvenons pas pour autant à nous en détacher. Le travail de Michaël Borremans qui a servi d’illustration pour l’affiche semble nous offrir une solution simple, à savoir masquer ces sens avec un morceau de papier collant jaune - quels hommes radicaux, ces artistes.

Nous ressortons du musée en estimant que toute la difficulté consiste à trouver le bon équilibre entre connexion et isolement, entre bruit et silence. Sur les petits bancs de la cafétéria du musée, nous prenons quelques instants pour méditer notre visite. Il nous faudra certainement encore cinq bonnes minutes avant que nous ne songions à rallumer notre smartphone. Cinq merveilleuses minutes au soleil, rien que pour nous.

160 musées

Dès maintenant, vous pouvez visiter tous les musées participants pendant un an. Pas une fois, mais aussi souvent que vous le souhaitez !

Découvrez tous les musées

246 expositions

Vous pouvez également visiter les expositions temporaires des musées participants gratuitement ou à un tarif fortement réduit.

Découvrez toutes les expositions

1 pass musées

Tout ceci avec seulement 1 pass. Achetez-le dans un de nos musées ou commandez-le ici. 

Commandez le pass