Le musée selon Carl De Keyzer

Interview axée musées avec le célèbre photographe Magnum.

30 janvier 2019

Carl De Keyzer – Carl De Keyzer en Corée du Nord.
© Carl De Keyzer – Carl De Keyzer en Corée du Nord.

Le photographe Carl De Keyzer n'a plus besoin d'être présenté. Le photographe Magnum belge a parcouru le globe et immortalisé ses impressions dans d'innombrables livres et expositions. Son travail est régulièrement exposé dans les plus grands musées, mais un artiste si occupé et demandé a-t-il encore le temps de visiter un musée ? Nous avons interrogé Carl De Keyzer sur ses musées et ses expositions préférés.

Carl De Keyzer est l'un des trois photographes belges actifs affiliés à la coopérative de renommée internationale Magnum Photos. Dans son travail, De Keyzer aime aborder des projets de grande envergure de manière thématique. Il ne présente pas de photographie isolée, mais préfère une accumulation d'images en combinaison avec du texte. L'année dernière, De Keyzer a fait la une des journaux avec son travail réalisé en Corée du Nord : D.P.R. Grand Tour de Corée.

Bonjour Carl ! Merci pour l'interview. Quel est ton musée préféré ?

De Keyzer : Je suis très souvent à l'étranger et lors des jours pluvieux, je visite encore bien un musée. C'est pourquoi mon musée préféré n'est pas réellement en Belgique : il s’agit du Tate Modern à Londres. Il présente aussi bien des expositions classiques que contemporaines, avec de l’espace pour  de l'expérimentation. Une fois, j'y ai vu une exposition d'Anish Kapoor dans la grande salle, ce qui fut très impressionnant. Une de mes expositions préférées, Robert Frank en 2004, y figurait également. J'ai grandi avec son travail, mais je n'avais jamais vu ses images en vrai.

Et si vous deviez en choisir un en Belgique ?

De Keyzer : BOZAR, principalement à cause d'une exposition d'Henri Cartier-Bresson quelque part à la fin des années 1970, début des années 1980. À cette époque, j'étais à l'académie, occupé par la mise en scène et par la photographie semi-surréaliste, un peu comme l'école américaine des années 1970. Cette exposition m'a en fait convaincu d'arrêter ce surréalisme et de sortir dans la rue pour voir si je pouvais le faire sans mise en scène. Je m’en souviens très bien : c'était une exposition avec 250 photographies de Bresson et je me suis dit: « Je ne ferai jamais 250 bonnes photos de ma vie ! » (rires…) Depuis lors, j'aime plus les expositions d'artistes solo que les expositions de groupe. Vous pouvez ainsi plonger un peu plus profondément dans le travail de quelqu'un.

BOZAR
© BOZAR

Les visites de musées ont-elles plus souvent un tel effet sur vous ?

De Keyzer : Parfois, je me laisse inspirer par les musées mais alors, plutôt par les musées classiques des beaux-arts que par les musées modernes. Je suis assez fan des vieilles peintures figuratives très bien peintes. En tant que photographe, vous ne pouvez jamais atteindre une telle perfection dans la composition. Vous travaillez en une fraction de seconde et vous ne pouvez pas tout simplement déplacer une vache par exemple. (rires…)

Quels musées recommanderiez-vous à coup sûr ?

De Keyzer : Oh, cela dépend beaucoup des expositions en cours. Tout le monde devrait aller une fois au KANAL à Bruxelles, ça a été une révélation pour moi, surtout à cause de l'espace. Je suis également allé plusieurs fois au Musée du Design de Gand, car je suis un grand amateur d'art déco et ils ont beaucoup de belles pièces de cette période. En tant qu'amateur d'art déco, je pense que la Villa Empain est de loin le plus beau musée. Je dois bien sûr aussi mentionner le FOMU, où j’ai déjà exposé quatre fois. De plus, le Musée Groeninge à Bruges est vraiment un favori, car vous y avez tous ces chefs-d’œuvre de grands maîtres. Il en va de même pour le Musée des Beaux-Arts de Gand. Je suis également allé au Musée Dhondt-Dhaenens environ vingt-cinq fois. Il est toujours particulièrement convivial en été et il propose souvent des expositions intéressantes. Un autre de mes préférés est le Musée Dr. Guislain. J'oserais dire que là-bas ils ont les meilleures expositions de groupe. Enfin, je recommanderais le Musée des Instruments de Musique. Je suis moi-même un collectionneur de synthétiseurs et c’est donc très agréable de voir cette collection. 

Quel musée que vous n'avez pas vu auparavant voudriez-vous visiter ?

De Keyzer : Le MAC’s du Grand Hornu. J'y suis allé une fois, mais je l'ai parcouru trop rapidement. C'est un beau musée et aussi un bel édifice

Avez-vous une préférence pour les expositions temporaires ou les collections permanentes ?

De Keyzer : En ce qui concerne les collections permanentes, je dois me référer au MET de New York, où ils ont une collection fantastique. Mais pour moi, les collections permanentes peuvent même être un peu « poussiéreuses », comme le Cinquantenaire. Les musées les plus obscurs dégagent une certaine atmosphère et on y découvre souvent quelque chose. Un jour, j'ai écrit un livre sur Charles Quint et, à cette fin, j'ai visité tous les villages et toutes les villes qu'il avait parcourus. La première chose que j'ai faite a été de découvrir les peintures locales. Ensuite, j'ai imaginé que je me promenais au XVIe siècle et alors seulement, avec ces images en tête, j'ai été visité ce village. En fait, les musées dans les vieilles églises sont souvent les plus beaux : ces œuvres y sont exactement à leur place. Il ne doit pas toujours s'agir d'art contemporain. 

Si vous conceviez vous-même un musée, à quoi ressemblerait-il ?

De Keyzer : Il est parfois difficile de trouver un lieu d'exposition, car les programmations muséales sont rapidement entièrement planifiées deux à trois ans à l'avance. Surtout si votre sujet traite de l’actualité et que vous avez donc besoin d'un espace à court terme. La relation institution/artiste est parfois problématique. Il y a un besoin d'espaces neutres où l'artiste est le chef. Mon musée serait donc multifonctionnel avec un grand espace et un gros budget pour l'artiste, qui peut ensuite y faire sa propre exposition. De cette façon, les artistes peuvent rester parfaitement indépendants. J'ai récemment organisé moi-même une exposition dans la Salle des Floralies à Gand. 

Allez-vous de temps à autre à la boutique du musée ?

De Keyzer : Pas vraiment. J'achète principalement des catalogues à l'étranger. Parfois, ils sont uniques et uniquement disponibles là-bas.

Y a-t-il une pièce de musée que vous voudriez rapporter à la maison ?

De Keyzer : « Oui, mais je ne sais pas où cette pièce se trouve actuellement. Il s’agit d’un buste en marbre de style Art Nouveau que j'ai vu à BOZAR à la fin des années 1970 lors d'une exposition sur l’Art Nouveau en Belgique. C’est un personnage de fantaisie avec un casque, une femme, peut-être une fée ou un guerrier - magnifiquement fait. Je l’ai certainement regardé pendant une demi-heure parce que je l’ai tellement apprécié. Un an ou deux plus tard, au marché aux puces de Paris, j'ai retrouvé un buste comme celui-ci - pas aussi bien fait, mais un peu ressemblant. La pièce pesait quarante kilos et je devais l’emmener dans le métro jusqu'à mon hôtel. Et j'étais tellement épuisé que je l’ai simplement laissée en bas des escaliers de l'hôtel. Miraculeusement, elle était toujours là le lendemain matin.

KMKG - MRAH
© KMKG - MRAH

Quelle est votre exposition préférée de votre propre travail ?

De Keyzer : Ma première exposition muséale dans l'ancien musée d'art contemporain, qui faisait alors encore partie du MSK de Gand. Mes photos d’Inde étaient alors accrochées dans le hall avec le dôme et les colonnes, un arrangement qui m'a beaucoup impressionné. Je ne m'attendais pas à une telle exposition, mais j'avais gagné un prix et Jan Hoet m'a soudainement contacté. Mais l'une des plus belles expositions de mon travail a eu lieu à Paris, à la Bibliothèque Nationale de France. Cet ancien musée privé est un très bel espace avec une salle d'environ 100 mètres de long et des plafonds magnifiquement peints. Depuis une vingtaine d'années, on y expose des photos. C'était assez étrange de voir mon travail exposé là-bas.

Sur le site web de Carl De Keyzer, vous trouverez plus d'informations sur ses projets et un e-shop avec des impressions uniques et des catalogues signés.

https://www.carldekeyzer.com

169 musées

Dès maintenant, vous pouvez visiter tous les musées participants pendant un an. Pas une fois, mais aussi souvent que vous le souhaitez !

Découvrez tous les musées

258 expositions

Vous pouvez également visiter les expositions temporaires des musées participants gratuitement ou à un tarif fortement réduit.

Découvrez toutes les expositions

1 pass musées

Tout ceci avec seulement 1 pass. Achetez-le dans un de nos musées ou commandez-le ici. 

Commandez le pass