James Lee Byars, 'The Giant', 1976
© M HKA
Exposition

James Lee Byars – The Perfect Kiss

M HKA

Avec plus de cent oeuvres, The Perfect Kiss est la première exposition rétrospective de James Lee Byars organisée en Belgique. Né à Détroit en 1932, il a voyagé durant dix ans entre New York et Kyoto avant d’arriver en Europe en 1969 après avoir été invité par Anny De Decker et Bernd Lohaus de la galerie Wide White Space à Anvers. Il est décédé au Caire en 1997. Son oeuvre reflète son existence nomade et constitue un mélange idiosyncratique de perfection méditative, théatrale, participative et esthétique. The Perfect Kiss est un hommage à Byars en tant qu’artiste Européen, en tant qu’artiste Belge – et même en tant qu’artiste Anversois. Il a collaboré étroitement avec la galerie Wide White Space avant sa fermeture en 1976 et il est devenu membre à part entière du cercle d’artistes et d’amateurs d’art qui évoluaient autour de cette galerie novatrice : Marcel Broodthaers, Joseph Beuys, Christo, Isi Fiszman, Nicole et Herman Daled, Jef Cornelis, Johannes Cladders et beaucoup d’autres. En 1976, Flor Bex organisa au Centre Culturel International d’Anvers (ICC) la première rétrospective de l’oeuvre de Byars qui incluait notamment la représentation collective The Shadow of an Extraterrestrial Man, dont l’accessoire (également connu sous le nom de The Black Giant of Antwerp) est actuellement l’une des oeuvres principales de la collection du M HKA. Elle fait naturellement partie de cette exposition. Byars devint un personnage de plus en plus important de la scène artistique Européenne et il participa à chaque Documenta de 1972 à sa mort. The Perfect Kiss reprend des oeuvres de genres divers et des médias (peintures, sculptures, installations, vidéos, performances et textes) datant principalement de sa période Belge (1969–1976), notamment A Pink Silk Airplane, 75 in a Hat and The World Question Center (toutes deux de 1969), The Black Book (1971) et The Perfect Love Letter (1974). L’exposition présente également une sélection de lettres adressées par Byars à ses amis en Belgique, lesquelles sont elles-mêmes des oeuvres d’art. Le titre de l’exposition fait référence à une représentation jouée à maintes reprises dans le monde entier, notamment à Anvers en 1976 où Byars embrassait l’air. La perfection - en particulier le lien de celle-ci avec la mort – fut une obsession constante dans sa vie et dans son oeuvre. L’oeuvre de Byars peut paraître élitiste mais elle soulève en réalité des questions complexes concernant la condition humaine. Dans des pièces telles que The Perfect Kiss ou The World Question Center sa quête de la pureté d’intention et d’expression visait une compréhension directe du monde – mais comme il était bien conscient, son excès d’objectivité contemplative pouvait également tourner au grotesque. Nous savons aujourd’hui que “dire les choses telles qu’elles sont” est la manifestation d’une politique de post-vérité. James Lee Byars – The Perfect Kiss est la deuxième d’une série d’expositions monographiques organisées au M HKA. Celles-ci présentent des personnages clés de l’avant-garde d’après-guerre qui étaient actifs à Anvers et elles placent la ville au coeur d’un réseau de scènes se déroulant dans la région dense du Benelux/Rhénanie. En 2017, l’exposition Greetings from the Eurasian s’est penchée sur les activités de Joseph Beuys’s à Anvers. Le triptyque sera clôturé à l’automne 2019 avec Marcel Broodthaers L’exposition comportera également quatre installations majeures, cinq grandes sculptures et plusieurs objets, des oeuvres sur papier et des oeuvres textiles, ainsi que quatre vidéos et 40 lettres qui n’ont encore jamais été exposées. Les oeuvres exposées présentent des différences frappantes au niveau de leurs dimensions, allant de 3 centimètres à 250 mètres. Le montant total de l’assurance avoisine les 20 millions d’euros. Le M HKA prévoit d’accompagner cette exposition d’une importante publication comprenant quatre textes récemment commandés : Magali Arriola pour la relation entre Byars et Broodthaers; Melanie Deboutte pour les lettres adressées par Byars à Jan Hoet; Els Hoek pour Byars à Anvers en 1969; Viola Michely comparera l’enseignement de Byars à celui de Beuys; Yves Petry pour Byars et la mort. La publication sera généreusement illustrée par des essais photographiques de Maria Gilissen, Katharina Sieverding et Benjamin Katz qui représentent l’aspect le plus éphémère et le plus evanescent de l’oeuvre de Byars, ses performances. James Lee Byars – L’exposition The Perfect Kiss est organisée par Lotte Beckwé, Commissaire de Recherche au M HKA, avec l’assistance du Senior Curator Anders Kreuger. M HKA tient à remercier toutes les personnes qui ont collaboré à cette exposition : la Michael Werner Gallery à Berlin et New York, Isi Fiszman, Anny De Decker, Marie-Puck Broodthaers, Nicole Daled, Yves Gevaert, Walter Van Dyck, Patrick Verelst, Philippe Van Snick, VRT,...

Heures d'ouverture

au

Contact

Leuvenstraat 32
2000 Antwerpen

Plus d'informations sur ce musée